samedi 24 mai 2008

Création de ma Ville

C'est sous Napoléon III, le 11 Août 1853, que le conseil du gouvernement se penche sur un projet de fondation d'un centre sur la route Alger - Dellys à l'embranchement du chemin d'Aïn-Taya, ayant pour vocation un lieu de gite et de culture.
Le 30 Septembre de la même année est publié le décret de création de Rouiba.
ART. 1 : Il est créé dans l'arrondissement d'Alger sur la route Alger - Deliys un centre de population de 22 feux qui prendra pour nom ; ROUÏBA.
ART. 2 : Le territoire agricole affecté à ce nouveau centre, ce conformément au plan ci annexé, est de 585 ha 85 a 20 ca.
Fait au palais des Tuileries, Le 30 Septembre 1853 Signé NAPOLÉON

ROUÏBA VILLAGE MAHONNAIS
Notre Rouïba venait d'être porté sur les fonts baptismeaux. Mais que signifie Rouïba? Ce qui est inconstestable c'est que son origine provient de l'arabe ou du berbère. Quant à sa traduction les avis divergent.
Je me contenterai, sans prendre position, de vous donner 4 traductions possibles. La première pourrait être, comme les autres d'ailleurs, une traduction déformée de «petite forêt» bien que personne n'en ait point connu. La seconde «la descente» ce qui s'expli­querait par la situation géographique de Rouïba. La troisième serait «petit ruisseau» bien que Rouïba ne fut traversé par aucun d'entre eux. Quant à la quatrième, le nom du village viendrait de «broussailles». Pour ce qui est de la broussaille, nos ancêtres en ont trouvé et en ont défriché, il n'y a pas l'ombre d'un doute à ce sujet.
Ce n'est que début Mars 1854 qu'eut lieu l'adjudication des 22 concessions qui ne furent remises officiellement à leurs propriétaires qu'à la fin de ce mois, avant la saison des pluies. Chaque adjudicataire dût débourser 1500 francs et prouver q'il disposait d'une somme équivalente pour réaliser les différents travaux de mise en valeur des terres ainsi que la construction de son habitation. Pour prévenir d'éventuelles spécula­tions, le contrat prévoyait que le colon devait cultiver, pendant 3 ans, ses terres avant de pouvoir les revendre. Chaque concession se divisait comme suit :
1er lot :
Cinq hectares de bonne terre située dans la partie orientale du village qui avait été préalablement défrichée par l'armée.
2ème lot :
Huit hectares et demi dans la partie occidentale de la commune à défricher.
3ème lot
Cinquante ares dans la partie actuelle de Rouïba aplanis et défrichés également par
l'armée et réservés à l'habitation. Soit au total une superficie de 14 hectares par adjudicataire à laquelle s'ajoutait un communal de 70 hectares pour le bétail.
Qui furent ces 22 familles de pionniers qui, à la sueur de leur front et au péril de leur vie, guettés autant par ia maladie que par les brigands, fondèrent Rouïba? Aucun document officiel ne les désigne nominativement, si ce n'est que l'un d'entre eux qui précise que presque tous les colons étaient mahonnais et avaient été choisis suite aux très bons résultats obtenus par leurs compatriotes de Fort de l'eau.
C'est les 6 et 7 Mars 1854 que les premiers adjudicataires vinrent prendre possession de leur concession avec engagement de bâtir leur maison dès le mois suivant pour qu'à l'automne cultures et ensemencement puissent être réalisés. Fin 1854, 12 maisons étaient construites et 11 familles y habitaient, soit 42 personnes.
Au 31 Décembre 1855, 95 hectares avaient été défrichés et 49 ensemencés. Ce n'est qu'en 1856, que le village fut achevé. Les 22 familles étaient installées, 224 hectares étaient en rapport et 2600 arbres avaient été plantés. Chaque maison avait son puit d'une profondeur de 10 à 12 mètres. Avant de les creuser, on avait recours aux sourciers qui, à l'aide d'une montre de gousset ou d'une baguette d'olivier, détectaient les nappes phréatiques. Cette méthode de recherche s'appliqua de tous temps. J'ai le souvenir du «Petit Mora», employé des chemins de fer algériens, qui mettait ses talents ou plutôt ses dons à la disposition de ses amis désireux de construire leur puit.
En 3 années, 70 % des concessions étaient cultivées. Avec les moyens dont dispo­saient les colons de l'époque, le moins que l'on puisse dire c'est qu'ils ne s'étaient pas tournés les pouces. Le village était toujours inclus dans ia commune de la Rassauta qui regroupait Rouïba, Aïn-Taya, Matifou ou Aïn-Kata (la source noire), Aïn-Béïda ou Suffren (la source blanche) et Fort de l'eau qui devint commune de plein exercice le 2 Juin 1851. Rouïba devint commune de plein exercice le 1er Janvier 1862. Voici le décret :
ART. 1 : Sont érigées en communes de plein exercice dans le département d'Alger, les
sections de communes ou centres dont les noms suivent : ,
ROUÏBA.
ART. 2 : Les limites de cette nouvelle commune sont fixées et notifiées comme suit : «La commune de Rouïba outre son chef-lieu comprend les hameaux d'Aïn-Béïda, Matifou et le village d'Aïn-Taya ce dernier formant section de commune.
La commune est délimitée comme suit : Au Nord, la mer depuis l'embouchure de l'oued Hamiz jusqu'à l'embouchure de l'oued Réghaïa.
A l'Est, l'oued Réghaïa, l'oued El-Biar et la limite Ouest de Haouch Ben Aïda
jusqu'à l'ancienne route de Dellys.
Au Sud, la route Alger - Dellys jusqu'à l'oued Hamîz.
A l'Ouest, l'oued Hamiz.»
ART. 3 : L'organisation du conseil municipal est ainsi fixée : le nombre de conseillers municipaux est fixé à 10, maire compris.
ART. 4 : Le présent décret ne recevra son effet qu'à partir du 1er Janvier 1862.
ART. 5 : Des arrêtés du préfet du département d'Alger fixeront les détails d'exécution pour les partages à faire entre les communes anciennes et les sections de communes érigées en communes nouvelles.
ART. 6 : Notre ministre, secrétaire d'état au département de la guerre, et le gouverneur général de l'Algérie sont chargés du présent décret.
Camp de Châlons le 22 Août 1861 Signé : NAPOLÉON
Le secrétaire d'état au département de la guerre RANDON.

Cependant entre le 30 Août 1864 et le 14 Septembre 1870, les limites de la commune devaient se modifier au Sud comme au Nord.
Le 30 Août 1864, certains habitants du Fondouk présentaient une requête à leur conseil municipal demandant à être rattachés à la commune de Rouïba pour raison d'éloignement et de difficultés de communications surtout en hiver. La partie du terri­toire concerné s'étendait au Nord du chemin qui allait de l'oued Hamiz à l'oued Réghaïa. Le conseil municipal du Fondouk, à l'unanimité, rejeta cette suggestion. Les choses n'en restèrent pas là. Une commission comprenant une délégation des signa­taires de la pétition ainsi que des habitants de Rouïba se réunissait et adressait au Préfet les résultats de leur enquête. Le 27 Février 1867, le préfet accordait les modifications des limites de la commune.
Au Sud avec la commune d'Aïn-Taya ce fut tout autre chose. Le 14 Septembre 1870, Aïn-Taya ayant été décrété commune de plein exercice, les pourparlers entre les communes de Rouïba et Aïn-Taya concernant le litige sur la frontière des 2 communes valait au préfet le rapport suivant :
«Commune Rouïba - section Aïn-Taya avec les hameaux d'Aïn-Béïda et Matifou -Affaire difficile.»
Le 22 Août 1872 en mairie de Rouïba une commission composée d'une délégation des 2 communes avec à leur tête les maires de Rouïba et d'Aïn-Taya ainsi que monsieur Loucias, géomètre, étudia les plans et s'informa auprès des indigènes. Il fut décidé que la limite des 2 communes serait le chemin d'Alger à Dellys, ce chemin partant de l'oued El Biar à l'Est, se dirigeant à l'Ouest en suivant la crête de la colline jusqu'à la ferme Ben-Daly Bey puis en ligne droite jusqu'à l'oued Boréah.
Le litige aurait été réglé le 28 Août, les participants de la commission s'étant mis d'accord pour tirer en ligne droite la frontière des 2 communes avec abandon réci­proque des parcelles. Mais le maire d'Aïn-Taya prétextant qu'il n'y avait pas eu d'infor­mations transmises au préfet rejeta catégoriquement le compromis. Le préfet trancha en faveur de la commission. Ainsi fut enfin réglé un litige vieux de 25 ans.

Actuellement les limites de Rouiba ont été modifiées comme suit:
La commune de Rouïba outre son chef-lieu comprend les hameaux suivants:
Benchoubane, Haouch Rouiba, Sbaat, El Merdja, Mouadsa (Nom de la grande famille "les Mouaci", et Hai Enasr (Hamiz)
La commune est délimitée comme suit : Au Nord, Jusqu'au l'embranchement de la route Rouiba –Dergana à la la limite de l'haouche Bendali Bey où se trouve la Laiterie Betouche.
A l'Est, jusqu'à la limite zone industrielle Réghaia; et l'Ouest de Haouch Ben Aïda jusqu'à l'autoroute ex: l'ancienne route de Dellys.
Au Sud, le hameau Chebacheb qui est partagé avec la commune de Khemis El Khachena ex: Le Fondouk jusqu'à la route de Hamadi
A l'Ouest, la cité Enasr Hamiz et son oued "Le Hamiz.»

Extrait de l'histoire de Rouiba - avec l'autorisation de Pierre Caratero.

Aucun commentaire: